[Audio] « Disparus »

Trois soirées pour mieux comprendre l’actualité internationale à travers Les Rencontres du Prix Bayeux-Calvados.
Avec le soutien de la Direction Régionale des Affaires Culturelles

“Disparus” est une enquête sur la face cachée d’une guerre toujours en cours. Loin des bombes et des villes en ruines, ce film documente l’utilisation d’une arme invisible qui ravage la population syrienne depuis 2011 : la disparition de plus d’une centaine de milliers de Syriens – peut-être autant que les victimes du conflit armé selon certains témoins, soit plus de 200 000 personnes.

Tandis que les fanatiques de Daesh mettent en scène leurs crimes de manière spectaculaire et médiatique, ces disparitions innombrables révèlent l’implacable machine de mort secrètement mise en place par le régime syrien. La torture, l’arbitraire et la cruauté en sont les terribles rouages. Les survivants racontent l’indicible et des photographies officielles exfiltrées clandestinement montrent l’inimaginable : des corps suppliciés par milliers, tous marqués d’un numéro – preuves d’un système organisé du meurtre par le régime de Bachar Al Assad.

Les victimes sont issues de tous les milieux de la société syrienne. Avant 2011, Tarik était un homme d’affaires prospère, Rweida, une professeur de maths à Damas et Nayla, une mère de famille sans histoire. Pendant des mois, ils ont été détenus au secret et torturés par les services de sécurité du régime ou ont cherché leur proche en silence. Ils sont les témoins directs d’une machine infernale, dévouée à la survie du régime de Damas.

En Europe et au Proche-Orient, Sophie Nivelle-Cardinale et Etienne Huver ont rencontré ces témoins d’une tragédie qui se déroule dans l’indifférence de la communauté internationale. Pour la première fois, des familles en exil, des survivants mais aussi des complices du régime, racontent cet « État de barbarie » qui fait la loi dans la Syrie de Bachar Al Assad.

La projection sera suivie d’un débat animé par Michel BEURET, avec Garance Le Caisne et les réalisateurs du documentaire, Sophie Nivelle-Cardinale et Etienne Huver.

Biographies des réalisateurs

Sophie Nivelle-Cardinale, 37 ans, est grand reporter et réalisatrice indépendante. En 2010, elle s’installe au Liban et couvre, à partir de 2011, la guerre en Libye et en Syrie. Finaliste du Prix Albert Londres en 2013 pour ses reportages d’actualité en Syrie diffusés sur ARTE, elle a remporté en 2013 le Prix Bayeux Des Correspondants de Guerre pour un reportage diffusé dans le JT de TF1 “Au coeur de la bataille d’Alep” – qui a également remporté le Prix des Lycéens-Fondation Varenne.

Etienne HUVER, 39 ans, est grand reporter. Diplômé de L’Institut de Journalisme de Bordeaux Aquitaine (IJBA), il a travaillé pendant 13 ans au sein du service Reportage de la radio RTL. Il a notamment couvert les attentats du 11 septembre aux Etats-Unis et le début de la guerre en Irak en 2003. Il a reçu, en 2004, le 3ème prix Alexandre Varenne des journalistes de radio.
Journaliste indépendant depuis 2012, il a réalisé plusieurs magazines télé en Afrique et au Proche Orient pour France 24, Arte Reportage et Envoyé Spécial. Son reportage “Mali : enquête sur des exactions”, diffusé en février 2013, a été sélectionné au Prix Bayeux-Calvados des Correspondants de Guerre.

En coproduction avec ARTE G.E.I.E, avec la participation de la RTS Radio Télévision Suisse, et le soutien du Centre national du cinéma et de l’image animée.

La projection sera suivie d’un débat avec notamment Sophie Nivelle-Cardinale et Étienne Huver
Production: What’s up films / Song Pham

2017-09-29T10:59:20+00:00