ALEP-MACHINE
Cécile Hennion

La révolution ou l’élan d’un vol d’hirondelles © Reem Yassouf

Du 8 octobre au 3 novembre

D’après le livre « Le fil de nos vies brisées » de Cécile Hennion (Éditions Anne Carrière, 2019)
Commissaires d’exposition : Cécile Hennion et Marie Sumalla (Tipping Expected)

 

© Anne Carrière Edition

Pour la première fois de son histoire, le Prix Bayeux Calvados-Normandie des correspondants de guerre présente une exposition tirée d’un récit documentaire et littéraire, Le fil de nos vies brisées, de Cécile Hennion.
Le livre de Cécile Hennion dresse le portrait d’une ville – ce qu’elle fut, ce qu’elle ne sera plus jamais – à travers les récits entremêlés de ses habitants, contraints à l’exil par les violences et la guerre. Cette ville, c’est Alep. La grande cité marchande, riche, cosmopolite. Une ville détruite, réduite à l’inexistence, sauf à la chercher dans la mémoire des vivants. Ce sont leurs voix que ce livre recueille, leurs souvenirs de ce monde disparu. Les survivants se penchent sur la terre où s’arrimait l’arbre de leurs ancêtres et, par les paroles sauvées, le relèvent fragilement au-dessus des décombres tout en interrogeant le ciel et les hommes.
L’exposition documentaire et artistique « Alep-Machine » épouse le récit de Le fil de nos vies brisées afin de redonner leur place aux individus – acteurs volontaires ou involontaires de la tragédie – et à leur trajectoire particulière dans cette machine infernale. Avec des travaux d’artistes (cinéma, photographie, peinture, sculpture, musique, art contemporain…), de journalistes et d’activistes, et d’autres formes de témoignages (dessins d’enfants…), l’exposition « Alep-Machine » a pour ambition de mettre en lumière la parole, les aspirations, les souffrances et la résistance des civils d’Alep.
Alep n’était pas une ville comme les autres, car elle fut la première cité des hommes – ou l’une des plus anciennes – et, à ce titre, un jalon dans la grande saga de l’humanité. Ce qu’elle fut, ce qu’elle a cessé d’être ne peut pas être que l’affaire des Alépins.
Cécile Hennion voyage au Moyen-Orient depuis 1997 et est journaliste au Monde depuis 2004. Elle a couvert les principaux conflits de la région et fut la correspondante du journal à Beyrouth de 2009 à 2013. Son récit Le fil de nos vies brisées (Anne Carrière, 2019) a obtenu le Prix Joseph Kessel et le Prix Hervé Ghesquière.


Espace d’art actuel Le Radar
24, rue des Cuisiniers
Ouvert du mercredi au dimanche de 14h30 à 18h30, le samedi de 14h à 19h
Ouvertures exceptionnelles mardi 8 octobre de 14h30 à 18h30, vendredi 11 octobre de 14h30 à 19h
et samedi 12 octobre de 10h à 12h et de 13h à 18h (journée continue)
Entrée libre

Cécile Hennion sera présente au salon du livre samedi 12 octobre pour présenter son ouvrage « Le fil de nos vies brisées »

octobre 8 @ 10:00

10:00

– 18:00

(8h)

Espace d’art actuel Le Radar