Libye : Points de bascule

© Amru-Salahuddien

Du 5 octobre au 1er novembre

Une exposition collective proposée par Médecins Sans Frontières

La plupart des migrants en Libye ont rejoint ce pays pour y travailler ; d’autres, en quête d’asile, pour y entreprendre une traversée vers les rivages européens. Quel que soit leur projet, le danger les guette en permanence, et leur vie peut basculer dans l’horreur à tout moment.

Dès l’entrée dans le pays, aux portes de ce désert libyen parcouru par des caravanes de pick-ups, les plans s’effritent. Il faudra payer plus d’argent que prévu, monter dans un bus à la destination inconnue, obéir aux armes, se laisser dépouiller, et tenter de survivre à la merci des attaques et des violences. Plus loin sur la route, en s’approchant des côtes, le danger est encore là. Au cours de l’offensive du maréchal Haftar sur la capitale, des missiles s’abattent sur Tripoli et ses banlieues, ses rues, chantiers et entrepôts où fourmille une main d’œuvre étrangère bon marché, ses prisons où croupissent les demandeurs d’asile, son port où les candidats à la traversée maritime sont ramenés à terre par les garde-côtes libyens. Reprendre son souffle, jusqu’à la prochaine fois. C’est le règne de l’arbitraire, dont sont témoins les équipes de Médecins Sans Frontières dans différents centres de détention.

 

© Narciso-Contreras
© Narciso-Contreras

 

Entre les moments d’attente, de peur, d’équilibre précaire et de débrouille, cette exposition collective s’attache à montrer les points de bascule qui ponctuent le quotidien des exilés en Libye, coincés entre l’espoir d’un avenir meilleur, un trafic brutal et lucratif, un conflit fluctuant et des politiques européennes toujours plus répressives pour empêcher l’arrivée de demandeurs d’asile sur son territoire. Des moments de bascule dont certains ne reviennent pas – corps suppliciés dans les geôles, jetés sur les bords de route, échoués sur les plages, stockés dans les morgues.

Photographies de :
Narciso Contreras
Giulio Piscitelli
Alessio Romenzi
Amru Salahuddien
Emanuele Satolli
Lorenzo Tugnoli

Cette exposition est réalisée en partenariat avec


Tapisserie de Bayeux Chapelle
Ouvert tous les jours de 10h à 12h30 et de 14h à 17h45
Ouvertures exceptionnelles vendredi 9 octobre jusqu’à 19h et samedi 10 octobre de10h à 18h (journée continue)

Entrée libre

octobre 5 @ 10:00

10:00

– 11:00

(1h)

Tapisserie de Bayeux Chapelle